Bas les masques et vive la mascarade !

Sur ma chaise Amazone

Sous le masque… il y en a toujours un autre !?

Quand je sors de mon en-soi professionnel, je crois enfin pouvoir redevenir moi, mais je suis encore et toujours en représentation. Le professeur devient le compagnon, le père, l’ami, tout comme l’élève à la maison redevient le jeune adulte, le fils, la fille.

Il y aurait des masques qui dissimulent, l’enlever serait se démasquer, plutôt se démarquer, se faire remarquer.

C’est la mascarade de la comédie sociale, hypocrisie, hypokrisis en grec, désigne le jeu, le faux semblant, le tartuffe (un menteur, un imposteur).

Persona, dans le théâtre antique, vient du latin, c’est le nom utilisé pour les masques des acteurs de théâtre. Pour la psychanalyse, la personne est souvent, voire nécessairement prisonnière de cette façade et oublie la quête du moi intime, de l’essentielFreud disait à sa fille pour lui expliquer le rapport entre la conscience et l’inconscience, que derrière les beaux murs et les belles fenêtres des maisons, il y a parfois des choses moins belles et des choses qu’on cache aux regards extérieurs.

Aujourd’hui, libéré de ce morceau de papier, de tissu, pensez-vous pouvoir vous mettre à nu et vous présenter à autrui ainsi ?

Sous le sceau du désir certainement pas, la séduction est aussi un masque…un jeu !

Seul l’Amour vrai, pur, où les corps sont transparents et laissent passer les âmes, pourrait offrir cette réalité, mais alors ce seront les mots qui nous manqueront pour dire ce que nous parvenons pourtant très bien à vivre.

Nous sommes des êtres en devenir et la question de notre identité ne peut certes se réduire à un masque, une étiquette, mais nous devons passer par des « en-soi » de transitions pour nous matérialiser aux yeux de l’autre et le rassurer aussi, comme l’air se charge un instant de poussière, on le voit mais ce qu’on voit n’est pas vraiment lui.

Le garçon de café de Sartre est bien autre chose qu’un serveur, mais le sait-il lui-même ?

Nous avons besoin de l’autre pour savoir notre identité et valoir, il est notre validation. L’enfant qui fait du vélo tout seul, demandera d’abord qu’on le regarde !

Dire à l’autre je te vois c’est plus que le regarder dans les yeux, c’est devenir ses yeux et parvenir aux cieux… C’est traverser le visage pour rencontrer l’âme !

L’âme du violon est une petite baguette d’épicéa qui se place sous la table et le fond, côté des aigus, qui fait la subtilité du son mais qu’on ne voit pas. L’essentiel est invisible aux yeux, mais pas au regard. Aussi regarder quelqu’un c’est voir son âme, le voir c’est simplement l’apercevoir.

Le visage est un miroir, enfin nous pourrons nous regarder en face et plus en farce. C’est ce que nous espérons, mais sommes-nous capables de regarder l’autre pour ce qu’il est, et pour ce qu’il dit de nous ?

Freud raconte dans ses Trois Essais sur la sexualité qu’un enfant avait peur dans le noir, il demande à sa tante qui dort dans la pièce d’à côté de lui parler. Celle-ci lui demande pourquoi, il lui répond : il fait plus clair quand quelqu’un parle. Ainsi notre regard est aussi fait de la lumière de l’esprit.

Échanger un regard c’est d’abord se faire un signe d’humanité, de reconnaissance, ce n’est pas simplement saluer une connaissance.

Pour la photo…Merci à l’élève photographe de Term générale

Bel été d’éternité !

Je suis assis à côté de mon père, mort depuis 4 jours.
Est-il encore parmi nous ?
Je lui ai fait écouter ma mélodie au piano et ma lecture d’Emerson sur la forêt. Je sais qu’à plus de 600 kms de moi, Apolline est en communion avec nous et lui prépare un Totem de la terre.
Demain, il sera confié à cette terre , cette nature qu’il aimait tant.
On dit que les morts sont apaisés, c’est peut-être un cliché ou une façon de se rassurer. Mais je te trouve, Papa, serein.
Ce petit sourire qui faisait ton charme est toujours là. Mais ce n’est pas à nous, pas à moi, que tu souris. Je crois que c’est à ceux que tu as aimés et que tu retrouves, qu’il est destiné.
Je ne sais pas quoi te dire et tu sais maintenant tout, et plus encore.

Je vais te lire quelques poèmes d’ Anna de Noailles… sur les vivants et les morts, maintenant que tu es familier des deux.
Ainsi les jours légers, et qui te ressemblaient
Par la coloration chaleureuse des heures,
Ont de toi fait un mort, la nuit, dans ta demeure,
Et l’aube, lentement, a blanchi tes volets…

Ma Collection SDA, enfin Complète et les Bonus

Ma collection SDA complète20211124_090129

181 figurines, les 40 qui me manquaient ont été difficiles à obtenir, en particulier la 181..

Il y a une figurine qui est marquée 1994, c’est très surprenant. 18 ans de recherches. Mais elle est complète et j’en suis le gardien, il y a deux figurines qui viennent de GB et deux d’Allemagne.

ProThésé je suis face au Minus tort !

20211016_095344

 

Un bonjour bien douloureux à ceux qui se souviennent encore de moi.

Vous pensez sans doute que l’accident de moto est loin, que ma nouvelle vie est un conte de fée…
Je vais vous compter mes plaies.
Je viens de sortir du CHU de Nantes, et pour la 7ème fois un chirurgien est venu avec art et talent redonner à mon corps son souffle premier.
Une prothèse femoro-patellaire vient de rejoindre mon quotidien. Elle est pour l’instant un cliché radiographique, un énorme gonflement, une jambe meurtrie et des douleurs peu supportables, une cicatrice bien longue, comme une voie tracée. Je reste allongé et j’attends…
Je retiens aussi un nouveau voisin de chambre, Robert, aussi proche de moi que mes amis lointains, ceux qui ne jugent pas mais en restant bien à distance quand même. Ce qui m’arrive n’est pas contagieux.
Merci encore aux personnels de santé…
ProThésé je suis et je tuerai le Minus tort en sortant avec mon Ariane de ce dédale.
La rééducation a commencé dès l’hôpital et demain je ferai la connaissance de mon nouveau Kinésithérapeute, le 5ème en 28 mois.
Objectif, la consolidation et la fin des procédures d’indemnisation sans aller jusqu’au procès au civil, je l’espère.
Merci de ne pas avoir pris de mes nouvelles… Je n’en veux à personne, je suis le maître de ma destinée, le Capitaine de mon âme…enfin vous connaissez le poème…
Enterre mon Cœur à…. Une seule personne détient la réponse, et elle n’a pas besoin de me lire pour m’entendre, ni de ruse de sioux pour me comprendre.

 

 

12345...99


La Voie Lactée |
Aimé Comoé |
Les Poétiques Littérales |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | A L'OMBRE DE MES NUITS...
| Red Spirit
| Académie Renée Vivien