Archives pour la catégorie fleur

Les fleurs de Clara Luciani

Les Fleurs

Les fleurs

La beauté est indicible, presque ineffable. Pourquoi et comment mettre en mots une réalité qui vaut par elle-même, qui n’a pas besoin de nous, de notre regard pour exister. Ainsi devant l’expérience esthétique, chacun cherchant à en rendre compte, s’en éloigne nécessairement, inéluctablement.

Si la beauté touche les sens au cœur de l’être, le beau lui (davantage culturel) rencontre l’esprit. On peut définir, codifier le beau, il est culturel, mais la beauté est insaisissable, ce serait vouloir toucher les cornes de l’escargot.

C’est ce que je croyais, jusqu’à la chanson de Clara Luciani, les Fleurs.

Si vous l’écoutez attentivement, vous ferez comme moi l’expérience troublante d’une évidence muette, d’une vérité précieuse. Elle met en mots, en musique, en bouche, le percept de l’émotion esthétique, elle parvient à nous le faire partager, à le faire « vibre » comme personne.

Envier la beauté muette des fleurs, car nous cherchons vainement le salut, le sauvetage de l’instant, mission impossible, sinon par la poésie, mais au prix du sens.

Avec Clara, c’est la vie silencieuse de la « Nature morte » qui nous montre le chemin d’une plénitude qui emporte avec elle notre inquiétude ontologique.

Merci pour ces moments magiques répétés à l’envi !

9 jours dans la vie d’un Liquidambar

liquidambar2509au2909.jpg
300911au021011.jpg
031011au041011.jpg

Du 25 septembre au 4 octobre, j’ai entrepris de photographier l’effet conjugué de l’été indien et de l’arrivée de l’automne sur mon liquidambar.
Vous remarquerez que le vert des feuilles est encore visible au tout début, la dernière photographie montre l’envers de l’arbre, presque nu pour affronter l’hiver…
Les couleurs des feuilles sont très variées, mais les fortes chaleurs de ces derniers jours n’ont pas permis de profiter d’un spectacle d’automne plus lent et plus durable. On peut voir aussi que les autres végétaux ont moins subi ce passage équivoque de l’été à l’automne en repassant par l’été…
Je dis donc au revoir à cet arbre, bonne nuit et au plaisir de se revoir au printemps.

Plus de renseignement sur le copalme d’Amérique ici

Arum cornu dehors, c’est beau mais l’odeur est insupportable!

avantdelasortir.jpg

C’est la fin de l’aventure. En une nuit, la plante s’est ouverte et en quelques heures l’odeur dans la pièce est devenue insupportable.
Voici donc les dernières photographies indoor, elles correspondent aux dix dernières heures avant l’odeur.
Comment décrire cette odeur?
Une odeur animale…une sorte de musc, un peu de souffre, mais vraiment on ne peut y résister longtemps. C’est pour permettre la pollinisation, c’est réussi, car elle désormais dehors en pleine terre.

Arum cornu de l’ Himalaya, suivi de croissance en photographies

9avril.jpg6avril21h.jpg6avril22heures.jpg1avril.jpgarumcornu1.jpg

Je vous présente une curiosité de la nature. Venez souvent voir l’évolution de cette plante. Elle est à la maison depuis 15 jours. Pas de terre, un peu d’eau et du soleil. Pour l’odeur, je tenterai de vous décrire.
Le Sauromatum venosum, l’arum cornu du sud de l’Himalaya, est appelé aussi voodoo lily. Son tubercule peut fleurir à sec à l’intérieur, il génère une inflorescence « diabolique » à long spadice violet entouré par une spathe jaunâtre à taches pourprées. Cette espèce spectaculaire répand une odeur nauséabonde ; ce qui fait qu’on s’en débarrasse parfois rapidement…

12


La Voie Lactée |
Aimé Comoé |
Les Poétiques Littérales |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A L'OMBRE DE MES NUITS...
| Red Spirit
| Académie Renée Vivien